Saturday, June 9, 2012

Marine Le Pen d'extrême-droite obtient la chance de changer la France, dimanche, un vote parlementaire

HENIN-BEAUMONT, France - Un patch désolée nord de la France qui a prospéré pendant des siècles où le charbon était roi est maintenant le terrain de chasse de leader d'extrême droite Marine Le Pen, qui promet une population morose un nouvel ordre politique si elles lui remettre un siège au Parlement.



Le Pen anti-immigration du Front national, soutenu par son solide troisième place montrant dans la course présidentielle du printemps, est à la recherche d'une présence dans la chambre basse du parlement pour la première fois depuis les années 1980. Sa chance de bouleverser un système qui a verrouillé son parti sort lors des élections de départ dimanche.

Son objectif de défaire l'euro, la diminution d'immigration, la protection de la "francité" et la lutte contre ce qu'elle appelle l'islamisation ont valu des admirateurs parmi les mouvements d'extrême droite à travers l'Europe.

L'impact potentiel d'une victoire Le Pen dans la région d'Henin-Beaumont est si grande que chef de file de la France à l'extrême-gauche, la quatrième place présidentielle de finition Jean-Luc Mélenchon, a décidé de courir pour le même siège parlementaire pour contrecarrer ses chances.

Gagner ou perdre, Le Pen a promis dans une interview cette semaine à l'Associated Press, "Rien ne sera comme avant."

La course dans l'enceinte 11 de ce bassin minier du charbon ancienne est parmi les plus regardés en France. Le Pen sera probablement naviguer à travers premier tour de dimanche, mais le résultat dans le ruissellement d'une semaine plus tard, n'est pas claire.

«Je pense que nous pouvons forcer ... une réorganisation de (en français) la vie politique ... C'est la chose la plus importante en 25 ans, "dit-elle, avant de partir à appuyer sur la chair dans un marché voisin, gardes du corps à la remorque.

Le Pen, avec 570 autres candidats du Front national, est un défi d'un système qu'elle qualifie «antidémocratique» parce que son parti reste mis sur la touche, malgré des années de projections électorales fortes de Jean-Marie Le Pen, son père tison.

Jean-Marie Le Pen a fait des eaux de ruissellement dans la course présidentielle de 2002 mais a été arrêté par une alliance rare de droite et de gauche qui ont voté pour le candidat sortant, conservateur Jacques Chirac.

Fille de Le Pen, une mère de 43 ans de trois enfants, a un toucher doux qui fait appel aux électeurs une fois de trop timides à voter pour l'extrême droite - mais aussi une détermination à toute épreuve et une langue qui peut être tranchant comme son père.

Son plan ultime est de «exploser» la droite classique de l'ancien président Nicolas Sarkozy pour devenir le principal parti d'opposition au président socialiste François Hollande.

Son parti prétend être le seul allié de la souveraineté française dans une nation multiculturelle, mondialisée sous la botte de Bruxelles, le siège de direction de l'Union européenne.

Le Pen anti-mondialisation mantra et le désaveu de l'euro trouver un écho dans cette ville en briques rouges sans joie, où le chômage est à environ 20 pour cent et de l'usine après usine a fermé ses portes. Sa campagne contre "l'islamisation" obtient également les auditeurs, même si les musulmans ici sont en grande partie des descendants d'Africains du Nord des anciennes colonies françaises, qui sont venus pour aider à travailler dans les mines maintenant closes."

La région est de plus en plus vouée», a déclaré Leonardo Colangela, un ancien instituteur dont le père a immigré ici en provenance d'Italie. Il dirige une brasserie sur la place principale de Henin-Beaumont, l'un des rares en ville. "La grande industrie fermée et les petits sont à la suite. Personne ne veut mettre en place ici. "