Sunday, January 23, 2011

John Butt Mohammed: Le hippy qui est devenu un imam

John Butt Mohammed: Le hippy qui est devenu un imam

Quarante ans après avoir suivi la route des hippies en Asie du Sud, John Butt est encore vivant dans la région, et continue de se propager un message de paix et d'amour - bien que maintenant comme un spécialiste de l'islam.


Comme notre voiture a tourné autour de la route cahoteuse indienne, un minaret de marbre blanc brillant est en vue. Mon autre passager, John Butt Mohammed, pouvait à peine contenir son enthousiasme.

"Pouvez-vous le voir?" il demande. «C'est comme si l'université d'Oxford d'études islamiques. Pour moi, ces minarets et les dômes sont comme les clochers et les tours d'Oxford.

"Cela fait presque 30 ans depuis ma dernière visite et je reçois toujours les mêmes frissons. Ceci est mon alma mater."

L'alma mater en question est Darul-Uloom Deoband, la plus grande madrassa d'Asie du Sud, ou d'une école islamique.

Conduire à travers les portes madrassa, nous sommes entrés dans un monde rarement vu par des yeux occidentaux.

Deoband a été construit en 1866 par les Indiens musulmans opposés à la règle britannique de l'époque. Peu de choses ont changé depuis - rues tortueuses et de petites cours bordées d'échoppes vendant chai parfumée, bouillonnant pots de riz et de peintures de la Mecque.

Partout sont les talibans, des étudiants en religion, les jeunes hommes avec des yeux sombres expressions fervent porter des livres ou tranquillement réciter le Coran.

Et dans une autre scène rappelant d'Oxford, les étudiants de la bicyclette.

Un vendeur de chai reconnaît John et se dirige vers lui. "John Sahib, Sahib John."

Les deux ne s'étaient pas vus depuis des décennies d'autres, mais l'homme se souvient de lui instantanément. "John Sahib était le seul élève que j'ai jamais vu qui a utilisé pour faire du jogging.

«Il y avait un seul John Mohammed - unique," il en riant.

C'est peut-être pas si étonnant, quand on apprend que John Butt reste le premier homme et que l'Ouest à avoir jamais obtenu de Deoband.

Il m'a montré sa chambre ancien dortoir, une cellule sans fenêtre où il a passé huit ans dans une vie de solitude virtuelle, vivant sous un régime de prière et d'étude coranique.

Imposer la figure

Mais ce n'est qu'une facette de la vie extraordinaire de cet homme.
  
En dehors de son temps à Deoband, il a passé la plupart de ces 40 dernières années de vie parmi les tribus pachtounes féroce, qui habitent l'arrière-pays de non-droit entre l'Afghanistan et le Pakistan.

Il s'y rendit en 1969, dit-il, comme un dopant-fumeurs hippy jeunes et ne sont jamais revenus.

Il rit. «Quand les gens m'appellent un vieillissement ex-hippy, je réponds toujours que je suis peut-être le vieillissement, mais je ne suis certainement pas ex. Je suis encore un hippie".